Le manteau de Notre-Dame

I. Conception

 

     Ce manteau, offert le 18 mai 1997 à Notre-Dame du Saint-Cordon pour les cent ans du couronnement de la statue miraculeuse fut réalisé par Anne Beaufils, à partir d’une œuvre de Christian Corio, sur un métier à tapisserie de haute lisse, du type de ceux utilisés à la Manufacture Nationale des Gobelins.

 

     Le métier était composé de deux rouleaux parallèles tournant sur eux-mêmes, maintenus par deux montants verticaux permettant leur fixation et le tendage de la chaîne.

 

     La chaîne était en coton, composée de 1260 fils rangés parallèlement à raison de 5 fils par cm. Le tissage a été réalisé à l’aide d’une broche chargée de plusieurs brins de laine ou de soie. Les matières utilisées pour cette réalisation sont : la soie naturelle (vert, jaune, orangé, blanc), la laine (rouge, violet), une velourette de soie violette, des fils d’or (or pâle, or chaud, filament) et des fils d’argent.

 

     Chacune des fibres a été tissée soit en uni, soit en mélange, pour obtenir les nuances dans un même ton ou un dégradé d’une tonalité à une autre. Les ors prennent de l’éclat grâce à leur tissage « en rehaut ». La velourette de soie joue en contraste par sa profondeur et sa matité avec la brillance des ors. L’envers du manteau est doublé de satin blanc.

 

     Selon la tradition des liciers, Anne Beaufils a travaillé dans l’analyse constante et minutieuse de la maquette pour traduire avec précision tant la subtilité des couleurs que la rigueur du dessin original réalisé par Christian Corio.

 

II. Symbolique du Manteau

Par Christian Corio, créateur de la composition

 

     Rappelons que la Vierge Marie est représentée – tout comme le Christ – nimbée d’or dans la gloire de la Rédemption.

 

     Ce fond d’or est le support de tout le manteau où s’appliqueront les éléments décoratifs. Il est destiné à montrer l’importance du rôle de la Vierge qui magnifie et transcende chaque manifestation de la vie de l’Humanité en la menant au Christ, tout comme le baptême. Dans la partie inférieure, les éléments végétaux et minéraux de l’Univers sont représentés transcendés par la couleur or (la lumière) :

          Les surfaces blanches pour le minéral

          Les passages verts pour le végétal

          La bordure de manteau représente la couronne d’épine

 

     Dans sa couleur violette, signe des Mystères Douloureux, s’inscrivent des pointes blanches et or, évoquant les Mystères Glorieux.

 

     Le Saint-Cordon est présent, d’une manière générale, par l’épanouissement de toutes ces ramifications de couleur pourpre et blanche qui évoquent à la fois les brisures de notre siècle et le lien sacré des différents éléments du passage de la terre au Ciel.

 

     La partie supérieure s’élève dans la lumière divine puisque Notre-Dame aide l’Humanité toute entière à y pénétrer. Elle est scandée de rayons blancs, symbole des âmes sanctifiées dans la Rédemption, certitude de vie spirituelle.

 

     Au centre de la composition, le « M » marial est présent comme une colombe au dessus d’un calice : apparition de Marie dans la gloire dont parle Saint Jean dans l’Apocalypse.

 

III. Le voile

 

Il est en tulle bordé de « Valenciennes » : légèreté et transparence du tissu, finesse et beauté de la dentelle de notre cité.

 

     Pour sa forme et sa décoration, il suit dans sa découpe inférieure les lignes de force du manteau. Il est parsemé de quatre étoiles blanches : présence de l’Humanité portée dans la lumière, guidée par deux lignes montantes. Ces étoiles jouent avec les cinq autres étoiles du manteau, présence du Christ au cœur de notre monde. Ces neuf étoiles évoquent les neuvaines dédiées à Marie.

 

Joomla 1.6 Template by sinci